Témoignages

Victime de transphobie, elle quitte son poste

Quand la transphobie empêche une collègue de travailler et la contraint à quitter son poste.

Arrivée chez OBS, notre collègue était pleine d’énergie et de motivation. Mais l’ambiance se tend rapidement. Les propos transphobes deviennent l’usage autour d’elle et elle se replie sur elle-même. Elle est mise à l’écart, n’est jamais invitée aux pauses cafés, etc.
Un collègue va jusqu’à refuser de nommer un projet TRANS (pour transaction) parce que dit-il, « il n’aime pas les transsexuel-le-s ». Ces propos sont assumés et tenus à haute et intelligible voix.
Parmi les personnes présentes, un personnel syndiqué, qui apporte son lot d’ignominies en rapportant des clichés éculés pour calomnier un tel qui irait en Thaïlande pour faire du tourisme sexuel.

La situation a été rapportée au manager, pressenti comme témoin de ces propos. Mais aucune suite n’a été donnée. Notre collègue a quitté son poste chez OBS.

(ce récit a été déposé sur notre site sans coordonnées – l’association n’a pas pu intervenir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *