Engagements

#JVT2017 : Témoignage de Caroline et Léa

/homepages/1/d491906654/htdocs/website/wp content/uploads/2017/03/cetl

Comme promis, retrouvez le premier volet de notre triptyque de témoignages avec Caroline et Léa, interviewées par Claire, notre administratrice en charge des questions T.


@Claire : Bonjour à toutes les deux.
Pouvez-vous vous présenter ?

Caroline : Caroline, Travestie (née homme) de 52 ans, employée dans le contrôle de gestion ou personne ne sait à mon sujet, dans mon environnement de travail
Léa : J’ai 27 ans je suis du sud de la France et je suis en couple. Je travaille dans l’informatique et je ne suis pas vraiment proche de ma famille. Je suis né fille et je ne me sens pas du tout comme tel.

Qu’est ce représente pour vous la journée de visibilité Trans du 31 mars ?

Caroline : Une journée de visibilité avant tout. Une occasion pour faire parler des Trans d’une façon posée, sans le côté extravagants des gayprides (marches des fiertés)
Léa : Je ne savais pas vraiment ce qu’était cette journée et ce qu’elle pouvait représenter il y a peu. Du coup je considère que c’est une bonne chose qu’il y ait des journées comme celles-là qui soient prévues pour la visibilité des trans’.
Pour moi c’était quelque chose qui ne me concernait pas du tout d’être Trans. J’imaginais que le fait d’être Trans incluait forcement une opération et j’ai remarqué que dans mon entourage on pensait la même chose…
Mais il n’y a pas que ça, et depuis que je me suis un peu plus renseigné je n’ai plus la même vision du tout des Trans et ce serait bien qu’il en soit de même pour tout le monde.

Comment définiriez-vous votre transidentité ?

Caroline : dans mon cas, je ne parle pas de transidentité mais de travidentité :-) , je dirai qu’aujourd’hui cela fait partie uniquement de ma vie intime n’ayant pas fait de « coming out »
Léa : Difficile à vivre j’aimerais bien pouvoir m’assumer et vivre pleinement. J’ai des regrets à ce sujet. J’aurais voulu en être plus consciente avant, peut être que ça m’aurait aidé. Mais ça fait partie de moi et même si ce n’est pas simple à vivre, ça reste une part de ce que je suis.

Avez-vous fait part de votre transidentité à des collègues de travail ?
Si oui, comment cela s’est il passé ? Si non, pourquoi ?

Caroline : NON je n’en ai pas le besoin aujourd’hui. Je le ferai le jour où mon coming out privé sera fait
Léa : Non pas vraiment. C’est un peu compliqué et je n’ai pas envie qu’on me pose trop de questions à ce sujet. Je suis quelqu’un de discret et qui ne parle pas vraiment beaucoup, alors j’ai un peu de mal à faire part de ce que je peux ressentir en général. Et puis je me dis qu’ils ne comprendraient peut être pas.

Vivez-vous votre transidentité dans votre vie personnelle publique ou la vivez-vous «au placard » ?
Pourquoi ?

Caroline : « au placard » vous l’avez bien compris, mais s’il n’ y avait que le travail ça serait fait. Ma partie perso vie privée est un peu plus compliquée…
Léa : Je la vie « au placard » pour les même raisons que ci-dessus et j’ai peur de perdre les gens en qui je tiens en m’assumant; alors pour le moment je préfère ne rien dire.

Avez-vous effectué votre transition au sein de l’entreprise ou bien est ce envisagé ou pas du tout à l’ordre du jour ?

Caroline : ce n’est pas fait,  pas par peur de représailles dans l entreprise, car il y aurait des quolibets c’est sur, mais je pense que beaucoup de personnes sont bienveillantes malgré tout. Mais ce n’est pas d’actualité pour l’instant
Léa : J’aimerais vraiment le faire un jour. Déjà c’est super qu’on puisse faire une transition au sein de l’entreprise je trouve. Je ne savais pas que c’était possible. Et surement pas sans l’avoir fait au niveau de l’état civil (ce qui est vraiment compliqué à faire.)
Mais là, dans mon entreprise, c’est facilité et ça peut aider des gens à se sentir vraiment mieux.

Avez-vous d’autres informations, avis ou pensées qui peuvent vous paraitre en lien avec la visibilité T?

Caroline : C’est une cause, si on peut dire cause, qu’il faut mettre en avant afin que cela devienne un chemin non chaotique pour celles et ceux qui vont l’entreprendre dans le futur..

Merci à toutes les deux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *