Le blog

On est toujours différent-e quand on aime

Les vitrines explosent de rouge et les coeurs s’imposent aux regards où que l’on aille. La Saint-Valentin est bel et bien à nos portes, mais est-elle réservée exclusivement aux hétérosexuels ?

La Saint-Valentin devrait donner l’occasion de célébrer l’amour sous toutes ses formes. Mais l’amour entre personnes de même sexe est souvent ignoré, moqué ou encore stigmatisé.

Campagne St Valentin 2008 de la fédération LGBT mOules-frItes

 

L’attirance pour une personne de même sexe n’est qu’une simple question d’amour et ne devrait pas donner lieu à jugement moral. Sur une « fête » devenue populaire, mercantile sur certains aspects, hétéros comme homos doivent pouvoir vivre pleinement leur amour. Aller au restaurant sans avoir de regards accusateurs quand 2 hommes ou 2 femmes décident de dîner ensemble; pouvoir raconter à ses collègues le lendemain, ce que nous avons fait ou encore expliquer la joie ressentie quand nous avons ouvert le cadeau reçu, sans gêne ou pudeur.

N’y voyez pas un appel à « déballer » sa vie privée à ses amis ou collègues de travail mais simplement avoir la possibilité de le faire. Rien de pire que de répondre « Non je n’ai rien fait » ou encore devoir s’inventer une relation hétéro auprès d’un collègue alors que nous venons de passer un moment romantique plein d’amour ou d’affection.

En écrivant ces lignes, je pense aussi aux nouveaux couples poly-amoureux. Eux aussi, tout comme les couples « duo » sont libres de pouvoir exprimer leurs amours, à plusieurs.

Il n’est pas sans rappeler qu’un regard péjoratif, un rejet, des insultes ou des agressions sont responsables de la difficulté qu’éprouvent de nombreux gays, bi,lesbiennes et Trans à accepter et vivre sereinement leurs désirs. Le mal-être qu’ils ressentent se traduit par 4 fois plus de tentatives de suicides que pour le reste de la population*. Les LGBT sont des citoyens à part entière et ont le droit de s’aimer librement, sans se cacher.

Nous revendiquons comme d’autres associations LGBT, le Respect, la Liberté et l’Egalité pour ce que nous ressentons.

Alors à la Saint-Valentin, mobilisons-nous pour la tolérance, pour que dans la vie comme sous la couette, tout devienne possible…

Pour terminer sur une note romantique, la chaîne espagnole de grands magasins, El Corte Inglès, a réalisé un court métrage LGBT pour sa nouvelle campagne pour la Saint-Valentin.

* : “Les minorités sexuelles face au risque suicidaire” par l’INPES – avril 2014

A propos de

Trésorier depuis 2 ans et membre de l'association depuis 2013, je suis un lyonnais expatrié à Paris.

Collaborateur d'Orange depuis plus de 5 ans, je travaille sur des sujets de communication interne et externe au sein du Groupe.

Militant LGBT à mes heures pas que perdues, j'aime partager et échanger autour de sujets variés comme le digital, les médias, la vie politique de notre pays, les médias mais aussi des sujets plus "frivoles" comme les garçons (et un peu les filles).

4 commentaires

  1. Zut, je ne parle pas espagnol, mais je suis séduit par ce petit film. C’est vraiment une pub pour une chaine de magasins espagnols ? Le rêve si une marque française pouvait faire aussi romantique. Orange un jour ? (« je sais, je rêve »… pardon, c’est une autre pub pour une autre marque bancaire…)

  2. Explication sur la vidéo et décrypté par têtu.com :
    La marque espagnole avait déjà mis en ligne une vidéo célébrant l’amour entre personnes du même-sexe, lors de sa précédente campagne pour la Saint-Valentin. Cette nouvelle stratégie marketing cherche à moderniser l’image de la chaîne, en la faisant se rapprocher des tendances qu’on peut observer chez les grands acteurs du secteur au niveau international.

    Pour ceux qui ne parlent pas espagnol : A travers cette vidéo, on assiste au coup de foudre entre deux garçons. L’un des deux s’approche de l’autre et lui déclare : « Je suis fou. Je viens seulement de te rencontrer mais je pense déjà que je ne veux plus te quitter. Tu me plais et je me fiche de ce que tu peux en penser. » L’autre lui répond alors en langage des signes, ce qui ne désarme en rien l’amoureux transi qui lui rétorque « Je n’ai aucune idée de ce que tu me racontes mais ça me va, je te dis oui à tout ».

    Puis, ils se suivent à travers le magasin, se regardent, s’effleurent la main. Ils finissent par s’asseoir sur un banc. Le dragueur, qui n’en démord pas, lui demande son numéro de téléphone pour communiquer sur WhatsApp (très populaire en Espagne). Finalement, ils arrivent plus où moins à se comprendre, le dragueur lui disant : « Ça va être compliqué mais je m’en fiche ».

    Finalement, le jeune sourd et muet lui rend son portable et se lève, laissant l’autre jeune homme lire ce qu’il lui a écrit : « je ne sais pas très bien ce que tu veux, mais tu as de la chance, car moi aussi je te dis oui à tout ». Ils se regardent, se sourient et l’autre lui demande de le suivre, par un signe de la main.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *