Le blog

Etre fier-e de marcher ?

En juin 1969, un groupe de lesbiennes, gays et trans se rebellèrent contre les forces de police venues faire une descente au Stonewall Inn, un bar gay de New York. Fortement marqués par la disparition de l’actrice Judy Garland cinq jours plus tôt et las d’être la cible constante des policiers, les clients décident de se rebeller. Une lutte entre forces anti-émeutes et homosexuels fit rage pendant plusieurs jours. Les émeutes de Stonewall sont depuis considérées comme le début de la lutte pour l’égalité des droits entre homosexuels et hétérosexuels.

stonewall

Un an plus tard, le 28 juin 1970, les militants du « Gay Liberation Front » et et de la « Gay Activist Alliance » organisent une marche sur Christopher Street pour commémorer l’évènement. C’est ainsi que la première « Gay Pride » voit le jour.

A partir de cette date sera organisée, chaque année au mois de juin, une marche pour exprimer la fierté LGBT*.

En 2016, où en est on au final ?

L’écriture de cet article avait commencé quelques jours avant la tuerie d’Orlando. Je ne peux passer à côté de cet événement tragique dans l’expression de mon point de vue sur les marches sans le mentionner et sans y faire référence.

Quand on regarde en arrière sur les dernières éditions des Marches des Fiertés organisées dans les villes de France ainsi qu’à travers le monde, plusieurs constats sont partagés par les associations participantes et organisatrices :

  • la jeune génération est présente en nombre mais peu savent pourquoi ils défilent hormis pour venir faire la fête dans la rue,
  • les gays expriment souvent le fait de ne pas se reconnaitre dans les marches « caricaturées » par les médias en montrant des images uniquement de DragQueens, DragKings, des exubérants en tenue provocante…
  • moins de participation du fait qu’une partie de la communauté pense avoir obtenu le Saint Graal avec le mariage pour tous.

Avec le contexte actuel que nous connaissons en France et à l’étranger (loi pour le mariage pour tous qui a un goût d’inachevé en l’absence de PMA, la Manif pour tous toujours aussi présente, les lois sur le changement d’état civil pour les personnes trans, les attentats récents vis à vis de notre communauté…), les Marches ne sont pas que festives mais surtout revendicatives.

Nous défilons derrière un mot d’ordre, derrière des revendications pour montrer non seulement à nos politiques mais aussi aux autres états condamnant toujours les LGBT sur leur territoire, que nous ne baissons pas la garde, que nous sommes là, que nous sommes toujours aussi nombreuses et nombreux, que nous ne sommes surtout pas invisibles.

Peut-on dire que nous sommes fiers ? 

Je me souviens d’une phrase d’un livre lu quand j’étais ado sur les Marches et l’histoire homosexuelle, où l’auteur qui exprimait ceci :

« Je ne hurle pas que je suis gay car je n’en suis pas fier, je ne tais pas que je suis gay car je n’en ai pas honte, je dis que je suis gay car je le suis simplement. »

Je trouve cette phrase révélatrice de mon point de vue. Pas de fierté mais surtout pas de honte.

/homepages/1/d491906654/htdocs/website/wp content/uploads/2016/06/stonewall mur

Les revendications des marches sont importantes, elles permettent aussi d’obtenir des droits, elles permettent de faire avancer aussi la société dans sa globalité. Les intérêts des minorités servent toujours ceux de la majorité (exemple le PACS qui a permis d’offrir aussi aux hétérosexuels une réponse alternative entre le concubinage et le mariage, la lutte contre la lesbophobie qui permet de lutter contre le sexisme de la société …).

Alors plus que jamais, venez marcher dans vos villes à l’occasion des Marches des Fiertés pour vous montrer tel que vous êtes, dans la pluralité des styles et des genres de notre communauté.

affiche-gay-pride-rennesaffiche marche Paris 2016affiche gay pride lyon 16affiche gay pride marseille 16

Et surtout n’ayez jamais honte de ce que vous êtes ! 

Votre liberté première est d’être qui vous voulez être, comme vous voulez être, aimer qui vous voulez, quand vous voulez et où vous voulez !

 

 

*LGBT = Lesbienne, Gay, Bi et Trans

2 commentaires

  1. Tout à fait d’accord, et très bien écrit.

    Si les hétéros sont admis à la Gay Pride, je serais de la partie, car j’ai été choquée du traitement en France de la tuerie d’Orlando. Pourquoi des journaux ont « oublié » de signaler le caractère sans équivoque homophobe de cette agression sauvage ? c’est malsain, je ne suis pas fière de ma communauté pour le coup ! Je n’ai pas ton talent pour exprimer mon dégoût mais c’est tuer les gens deux fois que de taire pourquoi ils ont été tués.

    C’est pourquoi cette marche est importante, une marche contre la bêtise, l’ignorance, l’intolérance et l’obscurantisme qui menace la communauté humaine depuis des siècles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *