Le blog

C’est comme si j’avais toujours été Shane…

Shane nous partage l’expérience de sa transition, de sa décision jusqu’à son tout récent coming out professionnel organisé au sein d’Orange.

Une transition, ce n’est jamais simple, voir compliqué à réaliser, surtout si l’on n’a pas d’appui, que ce soit familial, amical, psychologique, psychiatrique, puis médical.

En ce qui me concerne, je me suis quasiment prise en main toute seule. Depuis mon enfance, je subis un mal être plus ou moins fort, suivant les périodes, avoir la sensation de ne pas être dans le bon corps. Jusqu’au jour où j’ai décidé de me prendre en main. Je n’arrivais toujours pas à en parler à personne, je vivais ce mal être toute seule. Il y a 6 ans environ j’ai décidé de changer de vie, de me préparer à devenir celle qu’au fond de moi
j’aurais dû toujours être.

Pour l’anecdote, mon frère voulait un frère et ma sœur… une sœur, ben oui logique ; par contre ma sœur était très souvent contre le ventre de maman et disait qu’elle voulait une sœur, qu’elle voulait que je sois une fille ; de là à penser qu’il y a eu une influence… lol !

Donc il y a 6 ans ma décision était prise et je commençais à me documenter, me préparer pour ce grand changement, sans appui, ni connaissance, sans personne autour de moi à qui parler, me renseigner. Mais c’était une tâche bien difficile. Je vivais ainsi encore quelques années et j’ai fini par en parler à mon médecin qui m’a dirigé vers un centre psychologique pour mieux en parler, réaliser 2 séances puis l’assistant m’a pris un rendez-vous avec une psychologue, puis un psychiatre, afin d’entamer un parcours de transition.

Si tout allait bien avec la psychologue, par contre le psychiatre ne me convenait pas, je ne pouvais pas obtenir d’hormones sans son autorisation.

Sur les conseils d’une amie trans, je suis allée consulter un médecin proche des communautés LGBT qui connaissait bien notre situation et après examens sanguins, entretien médical, j’ai pu commencer mon traitement, donc ma véritable transition.

Je commençais à sortir sous mon apparence féminine les week-end de temps en temps et commençais à fréquenter une association LGBT « SOS Homophobie » toujours sous mon apparence féminine avec mon futur prénom, Sophie .

Je n’arrivais toujours pas à m’exprimer avec ma famille.

J’avais fait la connaissance, chez un ami commun d’une femme, qui connaissait la communauté Trans et tout ce que cela représentait. Nous avons eue un coup de cœur commun et ce fut le début d’une histoire qui existe depuis 5 ans. Elle m’a beaucoup apporté, beaucoup mise en confiance, puisque nous sortions toujours entres filles, pour nous promener, aller faire des courses et même en vacances.

Depuis 3 ans j’avais pris contact avec des associations LGBT à l’occasion du 17 mai (journée internationale de lutte contre l’homophobie) et tous les adhérents des différentes associations n’ont connus que Sophie.

Au travail, je m’étais confié à l’assistante sociale, médecin du travail qui m’avait assuré de leur aide en cas de besoin. J’avais découvert aussi l’association Mobilisnoo, et pris contact avec Claire Lamberti, leur vice-présidente.

2018, ma décision est prise, c’est l’année ou jamais.

Je me lance pour réaliser mon coming out familial pour commencer laissant sous le choc le 1er cercle familial et bien accepté par les autres. Dans la résidence où je loge, je suis aussi très bien accueillie par les voisins; qui ne font aucune différence et seraient presque plus chaleureux.

Puis vient le temps du travail. Ayant d’excellents rapports avec mes collègues techniciennes, je me confie à elles ; elles sont séduites, me trouvent courageuse et me soutiennent.

Mon manager commençant à se douter de quelque chose, voyant que je changeais un peu physiquement ; comme c’est un super manager, je décide de me révéler à lui et de préparer mon coming out professionnel mi décembre. Je dois le féliciter car il connaissait très peu notre monde, il s’est investi à fond dans mon projet, s’est beaucoup renseigné sur les LGBT et tout ce qu’il pouvait faire en accompagnement chez Orange, prenant des contacts avec Mobilisnoo, demandant même que le référent Aquitaine Ludovic Guillou puisse venir le jour de la réunion. Nous avons beaucoup travaillé en amont là-dessus avec réunion téléphone avec le service RH pour que tout se passe pour le mieux pour moi et les autres.

Le 14 décembre, un brief est organisé, la DRH est présente, Ludovic Guillou de Mobilisnoo est présent aussi. Sur l’ensemble du site de l’UI, toutes les équipes sont en réunion en même temps pour parler de ma transition. Je ne serais en présentiel qu’avec mon équipe de rattachement.

Mon manager Nicolas Esterle, que je remercie encore pour toute son implication, fait une rapide présentation de Mobilisnoo, puis Ludovic Guillou présente plus largement l’association avec ses missions, le soutien aux personnes LGBT d’ORANGE et toutes les règles qui dénoncent les propos homophobes, puis c’est mon tour pour faire mon « coming out » auprès de mes collègues ; je fus stressée toute la semaine, préparée aussi mon intervention, afin d’expliquer ma démarche, mon mal être etc… de faire simple pour que tout le monde comprenne bien mon besoin de devenir une femme au sein d’Orange. Marie Laure Vaisse, la DRH a aussi fait une intervention à ma suite.

La réunion s’est super bien passée, très peu de questions et ma transition fut super bien accueillie par tous mes collègues et différents responsables.

3 mois et demi passé en 2019 et c’est comme si j’avais toujours été Sophie.

Hormis le fait que parfois, certains se trompent dans le prénom, sinon, c’est une intégration tout à fait réussie et je remercie encore toutes celles et ceux que j’ai cité, qui ont fait un excellent travail en amont .

Je reste consciente que réaliser un coming out professionnel ne peut pas forcément toujours bien se passer, cependant les choses avancent, les mentalités aussi et avant de se lancer, je crois qu’il faut savoir prendre « la température » auprès des collègues afin de savoir si l’on peut se révéler ou pas.

Dans tout les cas, malgré tout ce que l’on peut apprendre sur des incidents ou plus vis-à-vis des personnes LGBT, il faut garder confiance et se dire que plus on sera nombreuses et nombreux à se révéler, plus la lutte sera d’autant plus facile à gagner face à tous nos détracteurs.

Merci à Claire, Ludovic et Nicolas pour leur aide et soutien.

9 commentaires

  1. Merci Sophie pour ton témoignage et belle nouvelle vie à toi. Bravo aussi pour ton manager et tout ceux qui t’ont accompagné.

    1. Merci; en effet l’accompagnement et le travail effectué par mon manager, l’implication des RH aussi et aussi un grand merci à l’équipe Mobilisnoo qui m’a beaucoup aidé aussi.

  2. « 2018, ma décision est prise, c’est l’année ou jamais. »
    Pareils, ou presque, mon identité de genre faisant trop jaser sur le plateau de Perpignan, j’ai décidé de faire la transition.
    Mon coming bien passé, un soulagement au travail, pouvoir enfin s’assumée…
    Bisous, Franny.
    Merci à Claire pour son soutient et ses conseils.
    Merci à toi Shane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *